Mes derniers avis :

Mes derniers avis :

dimanche 30 décembre 2012

Chasseuse de la nuit T1 : Au bord de la tombe



Chasseuse de la nuit T1 : Au bord de la tombe
Jeaniene Frost


__ Quatrième de couverture :  

Mi-humaine, mi-vampire, Catherine Crawfield traque les morts-vivants dans l'espoir de tuer son père, le monstre qui a fichu la vie de sa mère en l'air. Elle est alors capturée par Bones, un vampire chasseur de primes, qui lui impose une association contre nature: il aidera Cat dans sa quête et, en échange, ce très sexy prédateur de la nuit fera d'elle une chasseuse aux réflexes aussi acérés que ses crocs. Mais avant de pouvoir jouer les buteuses de démons, Cat est elle-même prise en chasse par une bande de tueurs. Forcée de choisir son camp, elle va vite se rendre compte qu'être une suceuse de sang a ses avantages...



Un coup de cœur !

__ Je ne vais pas tourner autour du pot pendant des heures : j'ai A-D-O-R-É cette histoire. Une excellente découverte et une très bonne première approche à la bit-lit Milady.

__ L'histoire de la Chasseuse de la nuit n'a rien de très originale : Cat (mi-humaine/mi-vampire) est une chasseuse de vampires, elle tue tous ceux qui croisent son chemin. Puis un jour elle rencontre Bones (vampire) et Cat va être prise à son propre jeu...

__ Inutile de vous dire qu'une romance va naitre entre les deux personnages. Mais ce n'est pas n'importe quelle romance ! C'est l'histoire d'amour dont rêvent toutes les filles. Les deux personnages principaux sont d'ailleurs la grosse force du roman. J'en suis arrivée à un stade où je ne lisais que parce que je voulais savoir comment allait évoluer leur couple, et non pas pour l'intrigue du livre qui je le répète n'a rien de spectaculaire bien qu'elle tienne très bien la route. De plus, les deux personnages ont un humour et une répartie excellente, surtout Bones. Comment ne pas tomber amoureuse de lui ?? C'est l'homme parfait. Le livre est quand même assez long (504 pages) donc on prend bien le temps de découvrir les personnages au fur et à mesure de notre lecture, ce que j'ai particulièrement apprécié.

__ Milady c'est bien connu, c'est de la lecture pour les adultes. Personnellement, les scènes érotiques ne m'ont absolument pas dérangé. Elles n'étaient en rien choquantes ou vulgaires. Cat et Bones sont véritablement pris d'une passion l'un pour l'autre, donc ces scènes sont entièrement justifiées et se marient très bien avec le contexte de l'histoire.

__ Pour conclure j'ai adoré, mais la fin du roman est juste horrible. J'ai eu du mal à comprendre d'ailleurs, je me disais "quoi, mais tout ça pour ça ?!". J'étais dans tous mes états, il me faut la suite !!! Je compte me la procurer très très vite, j'ai très envie de retrouver Cat et Bones. D'ailleurs, à 50 pages de la fin du livre, je retardais un maximum la fin de ma lecture, je ne voulais vraiment pas finir le livre. Donc si vous voulez lire une histoire d'amour qui fait rêver et que vous aimez la bit-lit, jetez vous sur la Chasseuse de la nuit !

  
__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...
  
" - Je t'aime, Bones.
Je sentis alors ma poitrine se libérer d'un poids dont je n'avais pas eu conscience jusqu'à là.
C'est drôle comme j'avais eu peur d'une chose qui n'avait rien d'effrayant.
- Encore.
Il se mit à sourire, et je sentis une joie belle et pure combler le vide qui m'avait habitée toute ma vie.
- Je t'aime." 
__________________________________________________________________________________________________________________________________________ 

Si je reste


Si je reste
Gayle Forman


__ Quatrième de couverture :

Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle.
Quand, un jour, tout s'arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture... Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l'hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d'avant, imagine sa vie d'après. Sortir du coma, d'accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? Si je reste...


Une déception...

__ Après de nombreux avis élogieux sur ce livre, je me suis décidée à le lire pour une lecture commune. Je l'ai terminé en une soirée. Je m'attendais vraiment à être émue, à être touchée, mais au final, rien de tout cela. C'est une déception pour moi.

__ Tout d'abord, le livre est trop court je trouve. Le début est trop brutal, on n'a pas le temps d'essayer de s'attacher aux personnages. Ensuite, je ne m'attendais pas du tout à un livre comme ça. Je m'attendais vraiment à autre chose. Le fait que ça parle surtout du passé de Mia, de ses souvenirs, ça m'a assez dérangé. Du coup, je trouve que ça donne une histoire complètement banale, parce que ça ne fait que nous raconter la vie d'une ado de 17 ans. Par moment, ça m'a même ennuyé, j'en suis arrivée à sauter des passages. Les seuls souvenirs qui me plaisaient, c'était ceux avec Adam. J'aurais donc aimé que le livre parle plus du présent, et je m'attendais à avoir plus de réactions de la part de ses proches.

__ Quant à Mia, elle m'a agacé ! J'ai trouvé que l'on ne ressentait pas du tout sa tristesse. Elle vient quand même de vivre une épreuve terrible, et elle ne semble pas triste. Elle n'attend qu'une chose : que son copain vienne la voir. Ok, je comprends. Mes ses parents ? Son frère ? Ça ça ne la rend pas triste ? A sa place, je serais effondrée... Mais bon, chacun sa façon de gérer sa tristesse...

__ Ce que j'ai plus ou moins apprécié, c'est d'abord l'écriture de Gayle Forman. Assez fluide, légèrement poétique par moment, plutôt agréable. Puis il y a un passage que j'ai particulièrement aimé. Celui où Adam essaie de s'introduire dans la chambre de Mia. C'était drôle et émouvant en même temps. Adam était surement le seul personnage auquel je me suis à peu près attachée.

__ Pour conclure, j'ai vraiment du mal à comprendre pourquoi ce livre a tellement fait parler de lui. Je l'ai trouvé quasiment inintéressant, et absolument pas émouvant. Faut m'expliquer où est la tristesse dans ce bouquin sérieux... J'en attendais peut-être trop de la part de ce livre. Je ne lirai pas la suite, et pour moi c'est une déception. Dommage.
 


__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...

" - J'ai juste besoin d'une seconde.
- Et qu'est-ce que tu feras pendant une seconde ?
Le regard d'Adam, habituellement gris-vert-brun, s'est assombri.
- Je lui montrerai que je suis là. Que quelqu'un est encore là. "


__________________________________________________________________________________________________________________________________________

 


Lecture commune avec le groupe : Lisons ensemble !

vendredi 28 décembre 2012

Quand souffle le vent du nord




Quand souffle le vent du nord
Daniel Glattauer


__ Quatrième de couverture :

Un homme et une femme.
Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails.
Jusqu'à devenir accros. Jusqu'à ne plus pouvoir se passer l'un de l'autre, sans se rencontrer pour autant...
Savoureuse et captivante, cette comédie de mœurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux.


Un (énorme) coup de cœur !

__ J'ai eu envie de lire ce livre suite à de nombreux avis positifs que j'avais pu lire. Je n'ai aucun regret : 348 pages lus en moins d'une journée.

__ C'est un roman épistolaire, un échange de mails entre deux parfaits inconnus : Leo et Emmi. C'est par erreur qu'un jour Emmi envoie un mail à Leo, et à partir de là va naitre une passion entre ces deux personnages. La naissance d'une histoire d'amour faite de passion et de mystère, et c'est génial à lire. De plus, c'est une situation qui pourrait nous arriver à tous, c'est donc entièrement crédible.

__ Emmi et Leo ne se sont jamais vus, ne savent quasiment rien l'un de l'autre, mais pendant plus d'un an ils s'échangent des mails qui deviennent indispensables à leur quotidien. Ils deviennent accros l'un à l'autre sans pouvoir se voir, se toucher... Étrange paradoxe, n'est-ce pas ? Mais leur amour est impossible. Chacun à sa vie bien rangée de son côté, et ils n'ont pas envie de la chambouler. Ils sont pourtant bel et bien attiré par l'autre, mais ils refusent de se l'avouer.

__ Il y a deux passages que j'ai particulièrement appréciés : le moment au café Huber, et les réactions de Emmi suite à ça. Elle m'a fait bien rire, et je pense que j'aurais réagi comme elle à sa place. Puis bien sur, j'ai beaucoup aimé les mails qu'envoyait Leo à Emmi lorsqu'il avait un peu trop bu de "vin du pays français".

__ C'est donc une histoire d'amour qui sort des schémas classiques. De plus, ce sont deux adultes qui communiquent et ils ont donc des sujets de conversations matures, d'adultes quoi. Ça change des romans jeunesse. C'est très original, et on est vraiment captivé par les mails que nos deux personnages s'envoient. Je n'arrivais vraiment plus à lâcher mon livre, j'ai adoré cette histoire, je ne lui trouve aucun défaut. Ça rentre dans mon top 10 de mes livres préférés. Si vous êtes une fille qui aime les histoires d'amour, alors je vous conseille ce livre, vous ne serez pas déçue. Quant à moi, je n'ai qu'une hâte : lire la suite !!

__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...
 
" Il n'y a personne autour de nous. Nous n'habitons nulle part. Nous sommes sans âge. Nous sommes sans visage. Nous ne faisons pas la différence entre le jour et la nuit. Nous vivons hors du temps. "

 __________________________________________________________________________________________________________________________________________
  

Hunger Games T2 : l'embrasement



Hunger Games : l'embrasement
Suzanne Collins


__ Quatrième de couverture :

Après le succès des derniers Hunger Games, le peuple de Panem est impatient de retrouver Katniss et Peeta pour la Tournée de la victoire. Mais pour Katniss, il s'agit surtout d'une tournée de la dernière chance. Celle qui a osé défier le Capitole est devenue le symbole d'une rébellion qui pourrait bien embraser Panem. Si elle échoue à ramener le calme dans les districts, le président Snow n'hésitera pas à noyer dans le sang le feu de la révolte. À l'aube des Jeux de l'Expiation, le piège du Capitole se referme sur Katniss...



Une suite sympa, mais pas à la hauteur du premier tome...
  
__ Hunger Games, ou cette saga qui nous met dans tous nos états. Alors autant vous annoncer la couleur dès maintenant : j'ai apprécié ce tome, mais pour moi il n'est pas à la hauteur du premier tome.

__ Pendant le première partie du roman, j'étais vraiment énervée ! Je trouvais que ça tournait en rond. Il y avait des chapitres où il se passait plein de choses, puis pendant plusieurs chapitres il ne se passait plus rien. Ah si, les histoires de cœurs de Katniss... Madame ne sait pas ce qu'elle veut. Un coup c'est Gale, un coup c'est Peeta. Ça m'a pas mal agacé. Encore une fois dans ce deuxième tome, je regrette que l'on ait que le point de vue de Katniss.

__ Puis arrive la visite du Président Snow, et là je me dis "trop bien, il va enfin y avoir pleins d'actions", mais malgré ça, l'action met du temps à arriver. Pour moi, l'histoire démarre vraiment à partir des Jeux de l'Expiation. A partir de là, dur de détacher de l'histoire. Mais j'aurais vraiment aimé que ces Jeux commencent plus tôt dans le roman. Petit bémol ? J'ai eu du mal à m'attacher aux nouveaux personnages comme Beetee ou Finnick. La seule que j'ai bien aimé c'est Johanna (bizarre je sais), parce qu'elle a vraiment son propre caractère et se détache des autres. Autre bémol ? Avoir été spoilé. La quatrième de couverture du troisième tome nous spoile un peu la fin du tome 2. Dommage. Sinon, ce que j'ai aimé en particulier, ce sont toutes les allusions que Katniss fait à Rue.

__ A 50 pages de la fin, je me demandais vraiment comment le livre allait finir. J'ai essayé de deviner, mais je ne pouvais pas me douter d'une telle fin. Parce que qu'il faut avouer que la fin est quand même très bien. Il m'a fallu un peu de temps pour me remettre de mes émotions une fois le livre terminé. J'ai trouvé les deux derniers chapitres excellents.

__ Pour conclure, un bon tome mais pas aussi bon que le premier, et le début un peu long m'a vraiment gêné. Mais bon, ça n'empêche pas que je sois désormais une fan confirmée de cette saga.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...

" Comme du charbon changé en perles par la valeur de notre existence. La beauté qui naît de la souffrance. "

__________________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Cosmétique de l'ennemi



Cosmétique de l'ennemi
Amélie Nothomb


_ Quatrième de couverture :

"Sans le vouloir, j'avais commis le crime parfait : personne ne m'avait vu venir, à part la victime.
La preuve, c'est que je suis toujours en liberté."
C'est dans le hall d'un aéroport que tout a commencé. Il savait que ce serait lui. La victime parfaite. Le coupable désigné d'avance. Il lui a suffi de parler. Et d'attendre que le piège se referme. C'est dans le hall d'un aéroport que tout s'est terminé. De toute façon, le hasard n'existe pas.



_
 
Un Nothomb  comme je les aime ! 

__ J'ai lu ce livre très court (120 pages, écrit gros) sur un coup de tête. J'avais envie d'un livre rapide à lire, alors celui-ci était idéal. Et je ne regrette absolument pas, parce que j'ai beaucoup aimé ! Certes, Amélie Nothomb c'est particulier, soit on aime, soit on déteste. Et moi j'aime.

__ L'histoire en elle-même est toute bête : un homme dans un aéroport qui attend son avion, il commence à lire jusqu'à ce qu'un autre homme s'assoit à côté de lui et commence à lui raconter sa vie. En gros, c'est le mec ultra pénible par excellence. Au départ, il raconte des anecdotes de son enfance sans importances dont on en n'a rien à faire. Puis l'histoire avance, et tout prend un sens.

__ Ce que j'ai aimé dans ce livre, ce sont les deux personnages. Les deux sont pleins de répartie et c'est très drôle. A certains moments, je plaignais tellement Jérôme (le personnage qui attend son avion) ! Je sais ce que c'est que d'attendre des heures dans un aéroport, et dans ces moments là on n'a aucune envie qu'un inconnu vienne nous raconter sa vie. Concernant notre inconnu (je ne vous dirais pas son nom...), au début comme tout le monde je me fichais pas mal de sa vie. Puis vous lisez, et le personnage devient de plus en plus sombre, jusqu'au moment où on comprend tout, où on comprend son but. Et malgré ça, j'ai réussi à avoir de l'affection pour lui, oui oui.

__ La fin du livre est juste surprenante ! Je ne m'y attendais pas du tout. Et j'aime ce genre de chute où l'on reste bouche bée. Pour apprécier ce livre, il faut avoir un humour décalé, parce que si vous n'avez aucun second degré, je pense que ce n'est même pas la peine d'essayer de le lire. Mais chez moi l'humour décalé, l'humour noir, voire sadique, ça fonctionne à tous les coups !

__ Si vous avez déjà lu du Amélie Nothomb et que vous avez aimé, alors vous pouvez foncer sur Cosmétique de l'ennemi, je pense qu'il ne vous décevra pas. C'était le deuxième livre de cette auteure que je lisais, et une fois de plus je suis ravie. Elle a vraiment son propre style, se démarque des autres auteurs, elle est très cultivée et on le ressent à travers ses livres, je passe donc à chaque fois un agréable moment en lisant ses livres.
_

jeudi 27 décembre 2012

Le Petit Prince

Le Petit Prince
Antoine de Saint-Exupéry

__ Quatrième de couverture :

J'ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu'à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s'était cassé dans mon moteur. Et comme je n'avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C'était pour moi une question de vie ou de mort. J'avais à peine de l'eau à boire pour huit jours. Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait : ... " S'il vous plaît... dessine-moi un mouton ! "
- Hein!
- Dessine-moi un mouton...
J'ai sauté sur mes pieds comme si j'avais été frappé par la foudre. J'ai bien frotté mes yeux. J'ai bien regardé. Et j'ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.


 
Surement l'un des plus beaux livres que j'ai lu !

__Le Petit Prince est un livre que ma maman me lisait quand j'étais toute petite. J'ai d'ailleurs une vieille édition éditée en... 1946 !! Mais ce que j'aime dans cette édition, c'est qu'elle est illustrée par l'auteur lui-même. Bref, et donc j'ai décidé de relire cette histoire que je n'avais pas relu depuis plus de 10 ans. Et que dire, à part : quelle merveille, quel bijou.

__Le Petit Prince nous explique le monde des adultes de façon très simple. Notre petit prince est très attachant. J'ai adoré sa relation avec la fleur, sublime, et bien sur celle avec le renard. Ce petit prince ne cesse de poser des questions aux personnes qu'il rencontre en se baladant de planètes en planètes. On a droit à tout genres de personnes : au vaniteux qui se croit le meilleur, au businessman qui ne pense qu'aux chiffres, au Roi qui ne veut que le pouvoir, à l'alcoolique qui effraie le petit prince... Puis notre héros arrive sur la planète Terre, à la recherche d'amis. Il rencontre alors les roses, le serpent, et le renard.

__ Cette œuvre est magique, c'est une belle leçon de vie. Je pense aussi que c'est une œuvre philosophique qui nous fait nous poser pas mal de questions sur le monde d'aujourd'hui... Il faut mettre ce livre entre les mains de tout le monde, il faut absolument lire ce pure chef-d'œuvre entièrement indémodable. Il rentre des mon classement de mes livres préférés, cette histoire est vraiment fantastique.
 
__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...

" - Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux." 

 __________________________________________________________________________________________________________________________________________


 

Dix petits nègres


Dix petits nègres
Agatha Christie


__ Quatrième de couverture :
L'île du Nègre... Que de bruits courent sur son nouveau propriétaire... Richissime yankee, star hollywoodienne, ou bien encore l'Amirauté britannique ? Bref, quand tous les dix - du juge au play-boy, sans oublier la secrétaire - reçoivent cette invitation à passer des vacances sur l'île, aucun d'eux n'hésite à accourir... Mais là-bas, dans la somptueuse demeure, personne... sauf, bien entendu, cette voix, sur un disque, qui accuse tour à tour chacun des participants... C'est la panique. Alors, au rythme des couplets de la ronde des dix petits nègres, le nombre des invités commence à diminuer. Inexorablement.



Une très bonne lecture !

__ J'ai lu ce livre il y a bien longtemps, mais je me rappelle la première impression que j'ai eu en le terminant : bravo Agatha Christie ! Sérieusement, cette femme a un talent fou. J'ai été totalement importé par l'histoire des Dix Petits Nègres.

__ Dix personnes qui ne se connaissent pas sont invités à se retrouver sur une île pour passer des "vacances". Sans qu'ils le sachent, ces dix personnes ont un point en commun. Et au fur et à mesure, ils se font assassiner, un par un. A chaque fois que je pensais avoir trouver le coupable, le personnage finissait par se faire tuer. Donc le suspens dure vraiment jusqu'à la fin. Il y a pas mal de personnages. Au début on s'y perd un peu, mais on apprend à les connaitre au fil des pages. Ce que je trouve "sadique" (mais justement c'est aussi ça qui est intéressant), c'est qu'ils sont obligés de se faire confiance, tout en sachant que parmi eux il y a le meurtrier.

__ Le suspens est garanti jusqu'à la dernière page, et si jamais vous avez envie de vous lancer dans un Agatha Christie je vous conseille celui-là, il est vraiment très bien. Et encore une fois : bravo Agatha Christie !

mercredi 26 décembre 2012

L'herbe bleue


L'herbe bleue
Anonyme

__ Quatrième de couverture :
  
"L'herbe bleue" est le journal intime d'une jeune droguée de quinze ans.

Cet ouvrage ne prétend pas décrire le monde de la drogue chez les jeunes. Il n'apporte aucune solution à ce problème. C'est une chronique personnelle, spécifique, qui, en tant que telle, permettra peut-être de comprendre un peu l'univers de plus en plus compliqué dans lequel nous vivons.

Les noms, les dates, les lieux et certains événements ont été changés, selon le désir de toutes les personnes mêlées à ce récit.


  
Une grosse déception...

___ Ce livre fut surement l'une de mes plus grandes déceptions. J'ai toujours été attirée par les univers un peu psychologiques, qui parlent de drogue ou d'anorexie par exemple. J'ignore pourquoi, mais ces univers m'intéressent.

__ Avant de me lancer dans l'Herbe Bleue, j'avais lu l'histoire de Christiane F. qui m'avait profondément bouleversée. Du coup, je voulais rester dans cet univers. J'ai donc décidé de me lancer dans la lecture des péripéties de Alice (héroïne de l'Herbe Bleue). Au début, j'aimais bien, j'étais relativement entrainée dans l'histoire, Alice était un personnage qui arrivait à me toucher. Puis un jour, je décide de faire des recherches sur internet concernant ce livre. Et là, tout s'écroule quand je lis que ce roman n'est en fait qu'une fiction écrite par une psychologue américaine ! Je n'en revenais pas. Elle a fait croire pendant des années que c'était anonyme, et du jour au lendemain elle déclare qu'en fait non, elle a tout inventé. Mais quel est l'intérêt de faire ça ? De mentir à ses lecteurs ? J'ai été hyper déçue. Ça signifie que Alice n'a donc jamais existé...

__ A partir de là, j'ai vu ma lecture sous un autre angle. Je n'étais plus du tout touchée par les personnages. Puis en y réfléchissant bien, l'histoire était trop "grosse" pour être vraie. Ne serait-ce que la première prise de drogue de Alice, la façon dont elle en devient accro... Ce n'était pas crédible. Au final, ça se voit que ce n'est que de la fiction. Dommage...

__ Pour moi, ce fut donc une grosse déception. D'avoir appris que c'était une histoire fictive m'a complètement déçue... J'aurais surement lu la lecture différemment si j'avais su dès le départ que c'était une histoire inventée.

Hunger Games, T1


Hunger Game
Suzanne Collins


__ Quatrième de couverture :

Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur. Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène : survivre, à tout prix .
Quand sa petite sœur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature.
  


Un coup de cœur !

__ A mon tour, j'ai lu Hunger Games. En commençant l'œuvre, je craignais de lire un genre de remake à l'américaine de Battle Royale (livre et film japonais qui m'ont marqué à vie je pense). Le principe est le même : une vingtaine de jeunes doivent s'entretuer jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un. Et bien j'ai été agréablement surprise de voir que Hunger Games est très différent de Battle Royale (qui est beaucoup plus trash et sanglant). Donc c'est un bon point.

__ Alors, que dire de Hunger Games ? Je ne sais même pas comment exprimer mon sentiment face à ce livre. J'ai purement adoré. Suzanne Collins est vraiment forte, elle nous rend tous accros... J'ai tout aimé dans ce livre, j'ai du mal à lui trouver un défaut. L'histoire est prenante, addictive. Bourrée de suspens, dur de refermer le livre une fois ouvert. C'est typiquement le genre de livre où vous vous dites "bon allez, plus qu'un chapitre" et en fait vous en lisez 10. Mais, et oui il fallait bien un "mais", je regrette vraiment d'avoir été spoiler sur internet. Je savais que Katniss et Peeta ressortiraient vivants des Jeux, du coup je stressais surement moins que ceux qui ne le savent pas. Malgré ça, la fin du livre est intense. Le chapitre 25 est particulièrement fort.

__ Mon personnage préféré ? Peeta ! Sans la moindre hésitation. Même si parfois je le trouvais un peu "nian-nian" lorsqu'il dévoilait ses sentiments à Katniss. Sérieux, ils se connaissent depuis quelques jours, et limite il lui dit que c'est la femme de sa vie. C'est là qu'on se rend compte que c'est de la littérature jeunesse. Puis la petite Rue m'a faite craquer aussi. Katniss, je l'admire pour son courage, mais je n'ai pas aimé du tout qu'elle joue avec les sentiments de Peeta. J'ai beaucoup aimé Cinna et Haymitch aussi. Je trouve ça dommage par contre que l'on n'ait pas les points de vues de Prim ou Gale pendant les Jeux, j'aurais aimé savoir ce qu'ils pensaient de Katniss, j'aurais aimé savoir comment réagissait Gale face à la relation Katniss/Peeta.

__ Vous l'avez surement compris, Hunger Games est un coup de cœur pour moi. Vous traversez toutes les émotions en lisant ce livre : la peur, la joie, les pleurs... J'ai même versé une larme lors de la mort d'un personnage... Donc si vous hésitiez à le lire, et bien n'hésitez plus, lancez vous, vous ne le regretterez pas.


 

Une scandaleuse affaire


Une scandaleuse affaire
Anita Shreve

__ Quatrième de couverture : 

À travers la chronique d'un scandale sexuel dans un collège huppé du Vermont, le portrait sombre et sans illusions d'une jeunesse livrée à l'alcoolisme, à la sexualité précoce et à la violence des images.

D'une actualité brûlante, un roman coup de poing qui nous met face aux contradictions de notre société. Le lycée Avery, prestigieuse pension de Nouvelle-Angleterre, est sous le choc depuis la découverte d'un film. Sur cette vidéo, les ébats sexuels de quatre élèves : trois garçons, ivres, et une fille de quatorze ans. Telle la boîte de Pandore, la cassette, dont le contenu circule bientôt sur internet, va libérer les secrets d'une petite communauté apparemment sans histoire, entre mensonges, adultères, hypocrisies, jalousies, culpabilité...
La machine à broyer médiatique est en marche, n'épargnant personne, ni les adultes, ni les élèves, jusqu'au drame...

Une belle découverte !


__ Une scandaleuse affaire est un livre qui me tentait énormément depuis un bon moment. J'ai enfin décidé de me le procurer, et je ne regrette pas ! L'histoire est poignante, mais attention un peu caricaturale par moments quand même. Il ne faut pas croire que tous les lycées huppés sont comme ça. J'étais moi-même d'un lycée privé dans ce genre, très BCBG, et nous n'étions tous comme ça dans mon établissement ! Mais je me suis demandée comment nous aurions réagi dans mon école si un scandale pareil avait éclaté.

__ Cette histoire parle donc d'un scandale sexuel dans un riche établissement privé du Nord des États-Unis. La fille au centre de ce scandale a 14 ans, les trois garçons eux ont tous plus de 18 ans. Ils avaient tous les quatre bu, et ne se rendaient pas compte de leurs actes. Durant ma lecture, ma plus grande question a été la suivante : mais qui a filmé la scène ? Qui a l'esprit assez tordu pour filmer ça ?

__ On suit donc le destin de ces quatre personnages. Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est que l'on ne se contente pas de connaitre le point de vue des quatre jeunes, mais on connait aussi le point de vue de leurs parents, des professeurs, d'une petite-amie d'un des garçons, du proviseur, d'autres élèves, des journalistes... Chacun fait fasse à ce scandale à sa façon, et c'est là que l'on se rend compte des priorités des uns et des autres... Parfois, j'avais vraiment envie de foutre des baffes à certains parents... Mais on se rend compte aussi de l'amour démesuré que peut avoir une mère pour son enfant.
Le petit bémol pour moi, ça a été le fait qu'il ait tellement de personnages justement, je n'ai pas eu le temps de m'attacher à eux. Je ne me suis attachée qu'à un seul personnage : Silas (étrange prénom, je sais). Dès les premières pages, je savais que ce serait mon chouchou. C'est clairement celui qui a le plus la tête sur les épaules.

__ Il ne faut pas croire que ce livre ne parle que de sexe. Ça aborde aussi les sujets de l'amour, de l'amitié, des difficultés à l'adolescence, de détresse... La fin du livre est tragique, je ne m'y attendais pas du tout... J'ai failli faire couler une petite larme. Pour moi, cette lecture m'a permis de me rendre compte que chacun de nos actes a des conséquences, et c'est pour cela que je vous conseille vivement ce livre.


Gargantua

Gargantua
François Rabelais


__ Quatrième de couverture :
Le géant Gargantua naît par l'oreille gauche de sa mère après onze mois de gestation... On le voit, dans Gargantua, il ne faut rien prendre au sérieux, ni les aventures du géant débonnaire, ni les rencontres qu'il fait, occasion d'une réjouissante galerie de portraits : Grandgousier et Gargamelle, ses parents, grands amateurs de tripes ; Thubal Holoferne, son premier précepteur, qui lui apprend à réciter l'alphabet à l'envers ; maître Janotus de Bragmardo, doyen de la très sérieuse Faculté, délirant en latin, ou encore Frère Jean, plus prompt à se battre qu'à suivre la messe. Cette édition rassemble les grands épisodes qui composent la vie de Gargantua, malicieux géant humaniste. Le dossier permet d'étudier les différents personnages de l'oeuvre et les caractéristiques de la langue rabelaisienne.

Une grosse déception, dommage...
_
__ J'ai dû lire Gargantua car c'était programme du bac des terminales L en 2012. Je pensais que ce livre pourrait me plaire. Il semblait drôle. Il est censé faire rire. Mais au final...

__ Premièrement, pour moi, c'est incompréhensible... Pourtant je n'ai pas lu la version en vieux français (encore heureux), j'ai lu la version en français "de nos jours". Et bien ça reste incompréhensible. C'est limite si je n'ai pas dû prendre un dictionnaire à côté de moi pendant ma lecture... Mais c'est franchement c'est assez pénible de devoir chercher chaque mot qu'on ne comprend pas. Du coup j'ai essayé de comprendre sans le dictionnaire, mais dans ce cas là il faut relire chaque ligne cinq fois pour en comprendre le sens. Alors bien sur j'ai compris le plus gros de l'histoire, mais j'aurais été incapable de parler des détails si je n'avais pas étudié le livre ensuite en cours.

__ L'autre chose qui m'a dérangé, c'est son côté grotesque. Je tiens à dire que je n'ai rien contre le grotesque, par exemple j'avais bien apprécié Beckett, mais alors Rabelais, ce n'est pas passé du tout... Je pense que l'humour du siècle de Rabelais est un peu dépassé. Que ça fasse rire les gens au 16ème siècle je peux le comprendre, mais aujourd'hui c'est un humour qui n'agit pas du tout sur moi. Les délires scatophiles de Gargantua, perso j'ai trouvé ça plus dégoutant que drôle...

__ Malgré tout, je suis contente d'avoir lu Rabelais pour ma culture générale. J'avoue qu'il y a des passages cultes de l'histoire qui sont à connaitre, puis il y a quelques citations que j'ai bien aimé. C'est quand même un grand classique. Mais sur moi le comique de Rabelais n'a pas opéré. Après je sais qu'il y a des gens qui ont adoré. Comme quoi : chacun ses goûts. ;)

__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...

"Rire est le propre de l'homme."
__________________________________________________________________________________________________________________________________________

Divergent

Divergent
Veronica Roth


__ Quatrième de couverture :

Tris vit dans un monde post-apocalyptique
où la société est divisée en cinq factions.
A 16 ans, elle doit choisir
sa nouvelle appartenance
pour le reste de sa vie.
Cas rarissime, son test d'aptitudes
n'est pas concluant.

Elle est divergente.
Elle est en danger de mort.




Une excellente lecture !

__ Résumons : L'histoire est très originale. Tris vit dans une ville post-apocalyptique. On ne sait rien de cette ville, même pas son nom. Les gens qui y vivent sont enfermés, ils n'ont pas le droit d'en sortir. Ils se préparent à une future guerre possible. La ville est divisée en cinq factions : Altruistes, Érudits, Sincères, Audacieux et Fraternels. Tous prônent une valeur différente de la vie. Inutile de préciser que les factions ne s'entendent pas entre elles. A 16 ans, vous êtes considéré comme adulte, et vous devez choisir dans quelle faction vous souhaitez vivre pour le reste de votre vie. Pour cela, vous passez un test qui vous aide dans votre choix en vous conseillant une faction. Seulement voilà, le test de Tris n'est pas concluant, aucune faction ne lui correspond, elle est donc ce qu'on appelle une divergente. Être divergent, c'est grave. Tris doit garder ça secret si elle ne veut pas mourir. Elle ne dit donc rien, et choisi de quitter la faction de ses parents, les Altruistes, pour partir chez les Audacieux.

__ Mon avis : J'ai trouvé le début du livre long. L'intrigue est longue à se mettre en place. Pour moi, avant la page 170 à peu près, il ne se passe rien. On suit juste l'initiation des jeunes Audacieux, mais c'est tout. Une initiation que j'ai détesté. De la violence gratuite censée leur apprendre le courage... Je n'ai vraiment pas compris au début ce que Tris était allée faire chez les Audacieux, car je déteste les principes de cette faction. Perso, je serais allée chez les Fraternels ou chez les Érudits. Mais arrive le moment de la fin de la première partie de l'initiation des jeunes Audacieux et la visite de la mère de Tris. Pour moi, ça a été les éléments déclencheurs de l'intrigue ! C'est donc vers la page 170, et à partir de là, impossible de lâcher le livre !! Pleins de mystères, pleins de questions auxquelles on veut des réponses, le début de l'histoire Tris/Quatre... Juste génial ! Et le meilleur : la fin du livre. Les 100 dernières pages sont intenses ! A chaque page on apprend quelque chose de nouveau, l'action est bien là et ne s'arrête pas. C'est le début de la guerre politique entre les factions. Et ça fait déjà des morts. Des personnages que je ne voyais pas du tout mourir...

__ Les personnages : Tris, c'est l'héroïne incroyable. Elle n'a pas froid aux yeux la petite Tris. De tous les Audacieux, c'est de loin la plus courageuse. Veronica Roth n'hésite pas à la maltraiter, et a chaque fois elle se relève, elle ne s'apitoie jamais sur son sort, ne se plaint jamais. Je l'admire, vraiment.
Puis il y a le personnage de Quatre. Quatre... Veux-tu m'épouser ? Plus sérieusement, j'ai adoré son personnage. Très mystérieux, on apprend à le découvrir au fil des chapitres. Il est très protecteur pour Tris, mais n'hésite pas à la secouer pour la protéger de Eric ou Peter par exemple.
Eric et Peter, parlons en. Que dire mise à part que ce sont les méchants du livre et donc forcément on les déteste. Ils sont vraiment exécrables. Arrogants, violents, ne pensent qu'au pouvoir... Beurk, personnages détestables.
Il y a un personnage que j'ai particulièrement apprécié, c'est Christina ! C'est la petite touche d'humour de ce livre, qui ne laissera jamais tomber Tris. J'ai bien aimé les jeunes natifs Audacieux (ceux qui ont lu le livre comprennent) tels que Will, Uriah, Marlene, Zeke... Personnages très secondaires, mais j'aimais bien lorsqu'ils apparaissaient.

__ Pour conclure : Une très bonne lecture, même si ce n'est pas un coup de coeur à cause du début un peu trop long pour moi. Maintenant, j'ai TRÈS hâte de lire le tome 2. On veut savoir ce qui va arriver à Tris, à Quatre... On veut savoir si leur histoire va continuer. Puis on veut savoir comment va évoluer la guerre. De plus, le roman nous apporte une réalité sur le monde d'aujourd'hui : ce que veulent les gens, même avant l'argent, c'est le pouvoir. Et pour l'obtenir, ils sont capable de faire des horreurs. Un livre à mettre entre les mains de tout le monde.


__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...

" Ça ne va pas être facile de me débarrasser des vieux réflexes de mon éducation Altruiste, comme si je devais défaire les fils d'un tissage complexe. Mais je me fabriquerai de nouvelles habitudes, de nouvelles pensées. Je deviendrai quelqu'un d'autre. "
__________________________________________________________________________________________________________________________________________
 

Et si c'était vrai...

Et si c'était vrai...
Marc Levy


__ Quatrième de couverture :

Lauren est dans le coma, c'est indéniable. Mais elle est aussi dans le placard d'Arthur, un peu comme un fantôme, cela est tout aussi indéniable... Arthur, en tout cas, est bien obligé de l'admettre : il la voit, l'entend, la comprend et finit même par l'aimer. Mais que peut-on espérer d'un fantôme que l'on est le seul à distinguer ? On ne tombe pas amoureux d'un mirage, on ne force pas son meilleur ami à dérober une ambulance pour kidnapper un corps dans le coma, on ne ment pas à la police pour sauver une ombre, et pourtant...
Marc Lévy signe ici un premier roman particulièrement grisant, qui s'amuse du lecteur et de ses certitudes, toujours avec légèreté : comme Arthur, on se laisse prendre au jeu de Lauren, et comme lui, on finit par se dire, entre deux rebondissements : Et si c'était vrai...

Un coup de cœur !

__  Cela faisait un moment que ce livre trainé dans ma PAL, et j'ai enfin décidé de l'ouvrir. Et quelle belle surprise ! Et si c'était vrai... m'a complètement envouté. L'histoire est bien trouvée, originale. Les personnages sont attachants. Tout au long du roman, on se demande si Arthur est fou ou si son histoire avec Lauren est bien réelle. J'ai beaucoup aimé le lien qui se crée entre ces deux personnages. Mais celui qui m'a fait mourir de rire, c'est Paul ! Lorsqu'ils s'improvisent docteurs avec Arthur, je n'ai pas arrêté de rire. Je voudrais rire comme ça à chaque fois que je lis un livre. Puis Paul, c'est ce qu'on peut appeler un vrai ami. Je me suis demandée ce que je ferai si demain, ma meilleure amie m'appelle en pleine nuit et me demande de venir enlever un corps dans un hôpital parce qu'elle est tombée amoureuse de son fantôme. Est-ce que je la prendrais pour une folle ? Est-ce que je serait prête à risquer ma vie pour elle comme l'a fait Paul pour aider Arthur ? Je trouve que ce livre est aussi une belle leçon d'amitié.

__ L'histoire est pleine de rebondissements, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Le seul truc qui m'a un peu "ennuyé", c'est lorsque Arthur nous parle de sa mère. Perso, j'en avais rien à faire de sa mère, du coup j'ai sauté le chapitre où il en parle. Quant à la fin du roman, et bien que dire à part que c'est une très jolie fin. Elle peut paraitre triste, mais ne se révèle pas si triste que ça lorsqu'on lit la dernière page du livre.

__ En conclusion, pour moi c'est un livre à lire, je le décrirai même comme étant un petit bijou, et ayant d'autres Marc Levy dans ma PAL, je compte bientôt les lire.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...

" Ce que je vais vous dire n'est pas facile à entendre, impossible à admettre, mais si vous voulez bien écouter notre histoire, si vous voulez bien me faire confiance, alors peut-être que vous finirez par me croire et c'est très important car vous êtes, sans le savoir, la seule personne au monde avec qui je puisse partager de ce secret. " 
__________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le magasin des suicides




Le Magasin des Suicides
Jean Teulé


__ Quatrième de couverture :

Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre...






Un très bon moment de lecture !

__ Amateur d'humour noir, ce roman est fait pour vous ! J'ai adoré ce livre. Vraiment drôle ! J'ai beaucoup aimé le fait que Jean Teulé écrive sur un sujet sérieux comme le suicide, un sujet sur lequel on ne plaisante pas, et bien là vous allez en rire.

__ C'est l'histoire de la famille Tuvache qui tient un magasin où les clients ne viennent qu'une fois en générale. Il existe des tas de façons pour se suicider avec les Tuvache ! Et cette famille vit dans la tristesse, ne supporte pas la gaité, jusqu'à ce que naisse le petit dernier : Alan. Et ce petit dernier respire la joie vivre ! Ses parents ne comprennent pas. Sérieusement, les personnages sont à mourir de rire. Le petit Alan est trop chou. Je pense que c'est un livre qui vous marque, et vous n'êtes pas prêt d'oublier la famille Tuvache. Le truc surprenant auquel personne ne s'attend, c'est la fin du livre. Roman plein de légerté, à prendre au second degré évidement.


Ce livre est une preuve que l'on peut rire de tout !
  
__________________________________________________________________________________________________________________________________________
  
Et voici un passage qui a retenu mon attention...

" Alan !... Combien de fois faudra-t-il te le répéter ? On ne dit pas "au revoir" aux clients qui sortent de chez nous. On leur dit "adieu" puisqu'ils ne reviendront jamais. Est-ce que tu vas finir par comprendre ça ? "

__________________________________________________________________________________________________________________________________________